I’ve got Holmeswork for tomorrow

Hey there !

Aujourd’hui, nous sommes mardi, et comme tous les mardis à Kaplan, on commence une nouvelle semaine. Nouvelle semaine qui implique un nouveau sujet de discussion, un nouveau thème de grammaire (le conditionnel, si vous voulez tout savoir) et plein de nouveaux exercices. Alors non, évidemment, mon enthousiasme n’est pas dû à l’idée de remplir des blancs dans un texte ou de préparer une nouvelle présentation orale, mais plutôt parce que les devoirs qu’on m’a donné à faire pour demain, c’est de la recherche d’informations ! (Yes !) Et le thème que nous abordons cette semaine est : Internet et les addictions (et plus spécifiquement ici, l’addiction à Internet). Notre travail pour demain consiste donc à demander à Monsieur ou Madame Google (noooooooooon) quelles sont les mesures mises en place par des spécialistes pour traiter l’addiction à Internet. Easy donc.

Recherche en ligne

Easy, oui. Du moins, parce que je sais qu’une seule source suffit, qu’en l’occurrence ladite source date de 2012 et vient du journal anglais « Telegraph » (ce qui semble suffisant pour être une « bonne source », même si mon évaluation est relativement sommaire pour le coup). Comme on ne m’en demande pas plus, je ne vais pas chercher beaucoup plus loin, du moins, pour les besoins du cours. Pour satisfaire ma propre curiosité par contre… J’ai décidé de m’amuser un peu, et de faire exactement la même recherche que celle faite sur Duck Duck Go, mais en utilisant cette fois Google, Swisscows, Bing et Qwant, juste histoire de voir.

Eh bien résultat : Google et Swisscows me proposent en premier choix l’article du « Telegraph » que j’avais déjà trouvé via Duck Duck Go (comme quoi, tous les chemins mènent à Rome). Par contre, Bing et Qwant me proposent un autre site et ça m’intrigue. Je m’y rends, lis la page et un sentiment de déjà-vu m’envahi. Je reprends l’article du « Telegraph » et là… Je réalise que la page web que je consultais il y a quelques secondes, et qui par ailleurs semblait vraiment très intéressante, a repris sans les modifier des morceaux entiers de l’article du « Telegraph ». Bon bon bon… Avant de hurler le mot en P qui me vient tout de suite en tête (oui, ça comme par P, ça finit par T et au milieu il y a « lagia »), je repars sur le site et fouille à la recherche de sources, d’une bibliographie, une note de bas de page, n’importe quoi qui puisse dédouaner le pauvre type qui a copier-coller ces lignes. Mais non, il n’y a rien. Le contenu de la page est daté de deux ans après l’article du « Telegraph » et je ne peux donc que me faire un facepalm de circonstances.

Bon, mais qu’en conclure donc ?

Tout d’abord, que c’est sympa de jouer à Sherlock Holmes de temps en temps, et que la recherche en ligne de manière générale, ça peut être amusant (bon, pour moi ça l’est toujours, mais comme je sais qu’on ne partage pas tous le même avis…).

Ensuite, le plagiat, comme tous les étudiants le savent, c’est mal et faire une bibliographie, c’est pas si difficile ! (et même si rédiger une bibliographie c’était la mort, indiquer simplement la source quand on pompe la moitié d’un article, c’est la moindre des choses !) Voilà, j’arrête avec mon paragraphe moralisateur.

Bref. En fait, l’idée principale de cet article, c’était de vous montrer qu’il est tout à fait possible de trouver des informations pertinentes via d’autres moteurs de recherche que Google. Il y a quelques semaines, Emmanuelle m’a demandé via un commentaire (pour lire les commentaires, descendez tout en bas de la page) pourquoi j’étais tellement réticente à utiliser Google et depuis lors, l’idée de parler un peu des autres moteurs de recherche existant, sur ces pages, me trottait dans la tête.

Donc pour ceux qui ont envie de tester, voici les liens vers les moteurs de recherche cités dans cet article :

Duck Duck Go

Swisscows

Bing

Qwant

Ces liens sont aussi disponibles sur la page d’accueil du site, dans la colonne de droite, sous la galerie d’images.

Maintenant que j’ai terminé cet article, je vais retirer mon couvre-chef de Sherlock Holmes et mettre ma casquette de baseball ou mon capuchon, j’hésite, parce qu’ici, on va s’essuyer un gros orage à mon avis !

++

L-A

3 réflexions sur “I’ve got Holmeswork for tomorrow

      1. Emmanuelle

        Oui … évaluer l’information … lutter contre le plagiat. J’ai passé des heures en juin à corriger des exposés (version) d’élèves vaudois en fin de scolarité obligatoie en surlignant tous les textes pompés éhontément sur internet. A l’examen, y en a qui ont fait une drôle de tête quand je leur ai mis min résultat sous les yeux. Ils ont alors eu droit à un petit brefing sur la notion de plagiat 🙂
        Et merci pour tous ces liens. Je m’en vais essayer tout ça dimanche car là je passe 2 jours à SaasFee avec une de mes tantes.
        Bon vol et bon dernier cookie,
        Emmanuelle

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s