Week #4

Hey there !

Eh voilà, nous y sommes. La quatrième semaine de ce séjour à Boston s’achève gentiment. Gentiment parce qu’on est encore jeudi et que mon sort ne sera réglé que demain, lorsque j’aurai reçu mon diplôme de Kaplan et fais mon « discours » d’adieu. Mais ne pensons pas à ça, voulez-vous ?!

Cette quatrième semaine, j’ai surtout profité de la vie, et à part un petit passage au cinéma pour voir Mission Impossible avec une pote, je n’ai rien fait d’exceptionnel. Le temps semble par ailleurs m’avoir joué quelques tours. Il prenait tantôt un malin plaisir à me filer entre les doigts, me propulsant deux heures en avant sans que je ne m’en rende compte (ou est-ce à cause du nouveau livre que je lisais à ce moment-là ?), tantôt il ralentissait et faisait des minutes des heures… Quoi qu’il en soit, me voilà de retour dans ma chambre de Watertown, à écrire cet article qui je pense sera le dernier publié en terre américaine (sauf si d’un coup j’ai un truc fou à vous raconter).

Ce que cette semaine m’a apprise cela dit, c’est qu’on s’habitue vite à beaucoup de choses. Je n’y avais pas vraiment fait attention, avant ce matin. Je me suis réveillée par moi-même, une minute avant que mon réveil ne sonne et j’ai écouté le bruit du ventilateur dans la pièce, avant d’entendre le cliquetis de la porte d’entrée se refermant. Ellen venait de partir au travail, c’était le moment de me lever. Prendre une douche, me faire presque scalper par le pommeau de la douche se décrochant de son socle (ça m’arrive au moins une ou deux fois par semaine), m’habiller et vérifier mon timing sur mon iPhone, pour voir s’afficher 7:08 encore et toujours. Je ne rigole pas. Ça fait quatre semaines qu’à chaque fois que je regarde l’heure en quittant la salle de bain, il est 7:08. Je ne sais pas si c’est mon téléphone qui essaie de me transmettre une info spéciale ou si je suis juste toujours dans mon timing, mais ça me fait le coup à chaque fois. Jongler par la suite avec le contenu du frigo pour accéder au jerrican de lait et à celui de jus d’orange… Toutes ces petites choses sont devenues des habitudes qui vont probablement me manquer en rentrant.

Tiens, qu’est-ce qui va me manquer en rentrant d’ailleurs ? Je vous fais une petite liste, sans prendre en compte les gens que j’ai rencontré, parce qu’eux c’est évident qu’ils vont me manquer.

  • Le distributeur de glaçons incorporé à la porte du frigo : dieu que c’est pratique ce machin ! Vous rentrez, vous mourrez de chaud et tout ce que vous voulez, c’est boire un verre d’eau bien fraîche. Il vous suffit de prendre un verre, de le placer sous le distributeur à glaçons, d’appuyer contre la paroi avec le verre et une avalanche de glaçons va vous tomber dessus (enfin, dans votre verre).

  • Les baggles aux raisins secs et à la cannelle ! Oh (soupire de satisfaction)! Le meilleur des petits-déjeunés du monde ! J’en ramènerai bien, mais vous savez comment c’est : manger un certain aliment en vacances c’est génial, mais si vous en rapportez tout un paquet à la maison, vous ne le mangerez jamais… Du coup, je les savourerai seulement ici.

  • Les cookies aux flocons d’avoine et aux raisins secs. Même chose que pour les baggles (et oui, je fais une fixation sur ce qui est à la cannelle et aux raisins secs, sorry).

  • Les conducteurs de bus qui vous disent bonjour, vous souhaitent une très belle journée et s’arrêtent pour laisser monter un passager, alors que ce dernier court désespérément en direction de l’arrêt de bus.

  • Les prix si bas du Starbucks…
  • Les boissons géantes.
  • Les gens qui vous demandent comment ça va, alors que tout ce que vous voulez faire c’est leur acheter quelque chose.

  • Le regard complétement hébété des touristes francophones que j’ai aidé à s’orienter dans Harvard Square en leur parlant dans leur langue.

  • Les « Hi Guys ! » lancés par n’importe qui.
  • Cette sensation dans mon ventre tous les matins lorsque je me dis : « Wahou ! Je suis à Boston ! ».

  • Regarder des TV Shows le soir avec ma famille d’accueil.

La liste me semble infinie. Tout ça pour vous dire qu’il y a beaucoup de choses que j’ai aimé ici et qu’aujourd’hui, à l’aube de mes dernières 48 heures sur le sol bostonien et américain, comme prévu, je ressens ce « Bittersweet feeling ».

Cela dit, c’était une aventure assez incroyable et j’espère que ce que j’en ai ressenti s’est bien reflété sur ces pages. J’ai en tout cas grandement appréciés vos commentaires et interactions, et j’espère que vous continuerez à me lire après mon retour. Je ne parlerai certes plus de mes aventures à Boston, mais je continuerai à publier de temps en temps (avec moins de régularité cela dit, surtout après la rentrée universitaire), notamment dans les catégories « Hier à la Une » et « Observations de routine* ».

Je vous fais des becs et à tout bientôt,

L-A

4 réflexions sur “Week #4

  1. Emmanuelle

    Coucou Mzelle d’Outre-Atlatic,

    Merci pour toutes ces nouvelles de Boston et pour ta carte. Et bravo pour ce mois aux States. Demain, courage pour ton discours d’adieux. Prends de quoi te moucher et te sécher les yeux.

    Et, à ton retour, j’espère que tu n’auras pas trop de nostalgies gustatives dont ces fameux : « Les cookies aux flocons d’avoine et aux raisons secs » (hi hi hi), je ne sais pas si c’est d’en avoir trop mangé et parlé, mais je ne sais pas si les raisons secs se digèrent bien.

    Bon vol de retour,

    Emmanuelle

    J'aime

    1. Hey Emmanuelle!
      Merci pour le clin d’oeil à ma faute de frappe. Apparemment mes doigts préfèrent écrire « raison » que « raisin », il va falloir que je creuse un peu autour de ce lapsus.
      Je note pour le paquet de mouchoirs de demain, et dégusterai probablement un dernier coockie avant de prendre l’avion 🙂
      Bon week-end et à tout bientôt! Becs

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s