The Hypothes.is’ Thesis

Récemment, j’ai reçu une demande de validation de commentaire pour ce blog dans ma boîte mail. Jusqu’ici, rien d’exceptionnel, ce genre de chose arrive. J’y jette un coup d’œil alors que je suis avec des amis et fronce les sourcils d’incompréhension face à ce commentaire assez peu commun. J’ai beau réfléchir, je ne comprends pas exactement de quoi ça parle et ça me perturbe un peu. N’étant pas chez moi à ce moment-là, je remets à plus tard les recherches, tout en gardant en tête qu’il faudra rapidement tirer ça au clair.

C’est donc le lendemain matin, après une session de recherches en ligne et quelques tests effectués, que je réalise l’étendue de ma découverte : si le commentaire se voulait bienveillant, ce qu’il m’explique me permet aussi de développer encore un peu plus mes explorations intempestives du web ouvert. Je n’en dis pas plus et vous laisse lire le contenu du commentaire :

commentaire_feed

Donc, Hypothes.is, qu’est-ce que c’est ?

Comme vous l’aurez compris en lisant le commentaire ci-dessus, il s’agit d’un outil permettant d’annoter des pages web sans que ces annotations soient directement visibles par le détenteur de la page. Ce n’est qu’à partir du moment où vous possédez un compte (gratuit, faut-il le préciser) que vous pouvez lire les commentaires postés par les lecteurs et en ajouter d’autres par vous-même.

Cet outil a été développé par une organisation à but non lucratif (non-profit organisation) américaine, basée à San Francisco. Son fondateur est Dan Whaley et ce dernier est entouré de nombreux développeurs et ingénieurs pour gérer Hypothes.is. Notez encore qu’elle a été fondée le 1er juin 2011, ce qui montre que cette initiative, bien qu’ayant déjà 5 ans, est relativement nouvelle.

Maintenant que vous situez un peu l’outil, je vous propose de regarder d’un peu plus près à quoi il ressemble. Je ne compte pas faire un tutoriel pour vous expliquer son fonctionnement (qui d’ailleurs est relativement simple), mais juste vous expliquer ce que l’on peut faire avec Hypothes.is et ce que ça peut avoir comme influence, à mon avis, sur le développement du web !

Donc, Hypothes.is vous permet d’annoter n’importe quel contenu se trouvant sur le web, comme un article de journal, un billet de blog ou encore un PDF. Les commentaires que vous déposez se trouvent sur une autre « couche » du web que le contenu même de la page, ce qui vous permet de lire l’article commenté avec ou sans les commentaires. Cela signifie aussi que des contenus peuvent être discutés sans même que leur auteur soit au courant (s’il ne possède pas de compte sur Hypothes.is par exemple), ce qui peut être une bonne ou une mauvaise chose, en fonction de ce qui est dit dans les annotations. Pour ce cas de figure, mon côté optimiste (ou est-ce de la naïveté?) envisage davantage l’utilisation d’Hypothes.is comme un moyen d’enrichir le contenu d’une page, en ajoutant notamment des sources valides ou des commentaires constructifs ; c’était le cas de la personne qui a annoté mon article sur les flux RSS, en proposant simplement une source supplémentaire. Cela dit, personne n’est à l’abri d’un troll

hypothesis_capture

D’après ce que j’ai pu lire sur le sujet, notamment le témoignage d’un prof américain se servant d’Hypothes.is avec ses étudiants(Sloan 2015), l’utilisation de cet outil reste relativement lié à des activités scolaires, voire académiques, dans le but de faciliter la vie des étudiants. D’après ce même article, en effet, les étudiants, bien qu’ils prennent davantage de notes à l’ordinateur, continuent de préférer lire des articles imprimés plutôt que des PDF, car l’annotation de ces derniers est plus complexe en format numérique. Hypothes.is permettrait donc aux étudiants de commenter les articles qu’ils doivent lire plus facilement qu’à l’ordinaire.

Mais au-delà de ça, certaines fonctionnalités de cet outil pourraient réellement rendre la lecture sur le web collaborative. En effet, avec Hypothes.is, il est possible de poster des commentaires sur un article en mode public (toute personne ayant un compte peut voir le commentaire) ou en mode privé. Cette deuxième option permet d’inviter un certain nombre de personnes à voir les commentaires que l’on a postés. De cette manière, les membres du groupe peuvent ainsi prendre connaissance des idées de leurs camarades et en discuter facilement, notamment en répondant aux commentaires. A noter également qu’Hypothes.is permet de surligner les phrases du texte que l’on veut commenter, afin que celles-ci soient clairement liées à l’annotation qui y fait référence.

Que dire de plus ? En me baladant sur le site d’Hypothes.is, j’ai eu l’occasion de lire pas mal de choses qui m’ont particulièrement plu. Tout d’abord, les principes défendus par l’organisation sont ceux que partagent les militants pour un web plus ouvert, notamment le fait que l’outil a été créé pour être libre et open source. Hypothes.is a par ailleurs pour but de permettre la collaboration entre les utilisateurs, ce qui bien sûr fait penser à Wikipédia et aux principes du web 2.0.

Enfin… Après réflexion, il ne s’agit pas que du web 2.0… L’idée de pouvoir ajouter des annotations et des liens vers d’autres articles, de développer un genre de toile sur la toile (si j’ose reprendre l’idée de la « couche » du web où se trouvent les annotations qui n’est pas la même que celle de l’article) permettant de tout lier, fait grandement penser aux principes du web 3.0 ; le web sémantique.

Reste à savoir maintenant si Hypothes.is va finir par être davantage connu, dans les milieux académiques par exemple, et lancera un mouvement plus populaire de liaison des informations entre elles, poussant ainsi le web a rejoindre complètement sa version 3.0.

Merci d’avoir lu cet article, et à bientôt,

++ L-A

PS : Hypothes.is a un compte Twitter, si vous voulez le suivre, c’est par ici.

Bibliographie

BORDIER, Julien, 2015. Tutoriel d’utilisation de l’outil d’annotation Hypothes.is. Carnet de [Vertig0] [en ligne]. [Consulté le 27 février 2016]. Disponible à l’adresse : https://vertigo.hypotheses.org/evaluations-et-commentaires-ouverts/tutoriel-dutilisation-de-loutil-dannotation-hypothes-is

HYPOTHES.IS, 2016. hypothes.is [en ligne]. [Consulté le 27 février 2016]. Disponible à l’adresse : https://hypothes.is/

SLOAN, Chris, 2015. Massively Open Online Reading with Hypothes.is. International Literacy Association [en ligne] 25 septembre 2015. [Consulté le 27 février 2016]. Disponible à l’adresse : http://literacyworldwide.org/blog/literacy-daily/2015/09/25/massively-open-online-reading-with-hypothes.is

WIKIPEDIA, 2016. Hypothes.is. Wikipédia [en ligne]. [Consulté le 27 février 2016]. Disponible à l’adresse : https://en.wikipedia.org/wiki/Hypothes.is

2 réflexions sur “The Hypothes.is’ Thesis

  1. Emmanuelle Bessi

    SOS !!! SOS !!!! Le fossile du Web (que je suis) commence enfin à nager en surface de la toile … que mes neurones doivent tenter de saisir la notion de sous-couches du Web … de différents niveaux de toiles sous ou dans la toile. M’est d’avis qu’il va falloir augmenter singulièrement mes connexions neuronales afin que je percute. Je m’en vais donc invoquer Sainte Rita !!!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s