Media Log, Episode I

medialog_ep1

Bizarre de commencer un billet comme ça, pas vrai ? En fait, pas tant que ça… Si vous regardez bien cette photo, vous verrez que ces trois objets ont quelque chose en commun : à une certaine époque, je ne pouvais aller nulle part sans l’un d’entre eux.

  • L’ours, que certains reconnaîtront, a été mon fidèle compagnon durant ces tendres années que l’on appelle l’enfance.

  • Le carnet et le stylo, s’ils ont ici un rôle relativement symbolique, représentent les années troubles de l’adolescence où l’inspiration m’attrapait aux moments les plus improbables et m’insufflait une idée folle que je m’empressais de noter.

  • Le smartphone, quant à lui, est l’indispensable atout de mon adulescence…

Et donc…

Une seconde. Vous allez continuer à lire comme ça, sans vous poser plus de questions ? Je compare mon doudou de toujours à mon smartphone et c’est normal ? Ben oui, maintenant que je le dis…

Il y a quelques semaines, un de nos profs à la HEG a proposé aux étudiants qui suivent son cours de réaliser un petit travail pratique. Cette expérience, inspirée d’un travail co-réalisé par l’université de Chico en Californie et par celle de Haute-Alsace, se nomme Media Log. Elle a pour but de faire réfléchir les étudiants à leur utilisation des médias (et par là, ils entendent surtout des supports tels que l’ordinateur, le téléphone, le lecteur mp3, etc.), au coût impliqué et aux pratiques qui en résultent (comme le multitasking par exemple).

Il nous sera donc demandé de mesurer notre utilisation quotidienne de nos smartphones, ordinateurs, tablettes, consoles de jeux, lecteur mp3, etc. sur trois jours consécutifs. Puis, les deux jours suivant ces prises de mesures, nous devrons nous passer du média le plus important pour nous (et par là, on entend, celui qu’il nous est le plus difficile de laisser tomber).

Sur le principe, je trouve cette expérience absolument géniale. C’est un défi en soi que je me réjouis de relever. Mais un seul problème subsiste cependant. Dans la description des « médias » utilisés, il n’existe pas réellement de catégorie « smartphone ». Il existe une catégorie « téléphone » qui implique surtout les coups de fils, les SMS, et les applications, et une autre catégorie intitulée « ordinateur » qui regroupe toutes les activités liées au web. Mon problème est le suivant : je ne suis pas particulièrement dépendante des appels, SMS ou Telegram que je peux envoyer/recevoir sur mon smartphone, donc choisir de me passer de mon téléphone n’aurait pas des masses de sens dans mon cas.

Par contre, je passe des heures et des heures (non vraiment, c’est honteux!) à surfer sur le web depuis mon téléphone. Je traîne sur Twitter, sur Tumblr, je vais écouter des émissions de la RTS, consulter mes flux RSS et mes mails, lire le 24 Heures, écouter de la musique, jouer à des jeux…

Mon smartphone remplace l’ordinateur, la tablette, la radio, le lecteur mp3 et la console de jeux à lui tout seul… Et fait office de téléphone, quand même !

DSCN0445

Vous comprenez du coup pourquoi je suis relativement empruntée par les catégories de Media Log… Pour pouvoir faire correctement le TP, il faudrait que je me passe de mon smartphone, mais ça impliquerait de me passer selon l’équipe de Media Log de six médias d’un coup !

Arrivée à cette conclusion et un peu triste quand même, j’ai décidé de me résigner et de cerner le problème différemment. Si je ne peux pas me passer de six médias à la fois (soyons réalistes, si vous m’enlevez la musique, la radio (Pentagruel, non!!), le web, les messages et le téléphone, d’un seul coup, je ne vais jamais m’en sortir), alors il va falloir que j’en choisisse un qui prend plus de place que les autres. Et ce média, c’est le web.

Bon, je sais ce que vous allez me dire : tu parles de médias, mais c’est à la fois des objets et des services, on ne te suit plus. Je sais, moi aussi, j’ai de la peine à suivre. Mais donc, ce que j’utilise le plus quotidiennement, c’est le web. Je n’ai pas encore de chiffres en heures, et il ne vaut peut-être mieux pas que je publie ce genre de résultats ici de toute façon, mais ce que je sais, c’est que sortir mon smartphone pour consulter une application web quand je n’ai qu’une minute de temps libre est devenu un réflexe de chaque instant. Non, sérieusement, c’est complètement dingue !

Et donc, comme je ne peux pas dire au prof que je veux me passer du web, parce qu’il va me dire que le web ne fait pas partie de la consigne en tant que média à part entière, je vais dire à la place que je vais me passer de mon ordinateur.

Tu contournes le problème L-A…

Oui, je sais… Mais ce n’est que ce que je mettrai sur le rapport. En vrai, je compte bien n’utiliser mon téléphone que pour les communications par messages ou téléphone, et pour les mails liés aux cours, et c’est tout. Ah oui, j’ai oublié de vous dire qu’on a quand même le droit d’utiliser notre média préféré si c’est uniquement pour les cours. Autant vous dire qu’en matière de sevrage d’un média particulier, ça ne va pas être possible, vu les études que je fais !

Cela dit, cette histoire de Media Log a ravivé en moi un projet que j’avais depuis quelques temps, mais que je n’ai jamais pu concrétiser, à cause de mes études justement : passer sept jours sans écran. Ça peut paraître un peu dingue, mais je crois que depuis que j’ai un smartphone (et arrêté les scouts), je n’ai pas passé un seul jour sans que mes yeux ne voient un écran. Et de mon point de vue, c’est grave !

C’est grave parce que je me rappelle de mon enfance où les seuls écrans que l’on percevait de temps en temps étaient ceux de la TV et du vieux Macintosh de mon père. On passait nos après-midis dehors à jouer et à faire du vélo, et on ne s’ennuyait jamais, ma fratrie et moi. C’était chouette ! Aujourd’hui, les enfants grandissent à travers des écrans, à l’ère du numérique, et nous regardent bizarrement quand on leur explique qu’avant on écrivait des SMS sur des vieux Nokia et qu’on pouvait coder des sonneries personnalisées ; qu’on enregistrait des émissions de radios sur cassette et qu’il ne fallait pas oublier de mettre une VHS dans le magnétoscope pour enregistrer les deux épisodes de « Urgences » le jeudi soir dès 20h50 ; ou encore que les Babibouchettes c’était vraiment merveilleux comme émission du matin.

Voilà, c’était ma minute « J’ai grandi avec de l’analogique aussi, et même si j’ai pu assister à l’arrivée et à la prise de pouvoir du numérique, je ne reste pas moins attachée à mes vieilles habitudes d’autrefois. Ne me mettez pas dans le panier de la génération ‘Virtual Natives’ par pitié ! ». J’arrête mon blabla de nostalgique ici.

Et donc, tout ça pour dire que je vais me lancer dans cette expérience « Media Log » à la rentrée et que je vous donnerai des nouvelles de toute cette aventure dans un épisode II 🙂 d’ici quelques semaines !

J’ai aussi décidé d’essayer de passer une semaine sans écran (TV, ordinateur, tablette, smartphone, console de jeux) durant l’été, histoire d’avoir une réelle idée de l’impact que toutes ces technologies peuvent avoir sur nos vies. Je vous en donnerai des nouvelles par ici et je me réjouis de voir ce qu’une expérience de ce genre peut donner sur l’addict du smartphone que je suis.

Merci de m’avoir lue, joyeuses fêtes de Pâques et au plaisir,

L-A

Bibliographie

MOESCHLER, Olivier, 2016. Media Log, un journal expérimental de votre utilisation des médias [document PDF].

Support de cours : Cours « Sociologie des publics et comportement informationnel », Haute école de gestion de Genève, filière Information documentaire, année académique 2015-2016.

3 réflexions sur “Media Log, Episode I

  1. Hello,

    C’est très intéressant cette histoire, surtout du point de vue des définitions. Je n’ai pas accès aux différents documents de ta bibliographie, mais je vais tenter de pouvoir les obtenir… On utilise au quotidien des mots sans plus trop savoir d’où ils viennent, enfin, on sait un peu, mais on n’y pense pas vraiment. Si on va regarder le dictionnaire ( http://www.cnrtl.fr/lexicographie/media – ça serait quand même chouette de pouvoir rédiger en Markdown dans un commentaire de WP… 😉 ), on constate que le mot média est une abréviation de mass-média (et le pluriel de médium, mais bon). Et les exemples sont ceux du siècle dernier : affiches, radio, télévision. Je me serais attendu à y trouver la presse imprimée, mais non. Et, c’est intéressant, mais dans les citations, les médias sont opposés au Livre.

    Ce qui fait penser qu’en fait aujourd’hui, en 2016, le mot média est en fait l’abréviation du mot multi-média. Et l’outil maître en terme de multimédia, c’est bien l’ordinateur, qu’il soit sur un bureau, sur nos genoux ou dans notre poche (où que sais-je encore…), même s’il arrive que l’on puisse téléphoner avec (et il serait faux de croire que seul le smartphone nous le permet).

    Je pense en effet que l’utilisation du Web doit constituer la majeur partie de mes activités quotidiennes, que ce soit au travail ou dans mon temps libre. C’est vrai que le Web aujourd’hui, c’est à la fois la presse, les livres, la télévision, la radio, le café du commerce, les cartes géographiques, le téléphone, la chaîne HiFi, le livre de cuisine, le dictionnaire, la bibliothèque, etc. Il reste tout de même passablement de choses que je fais sur un ordinateur (quel que soit son type), qui n’est pas du Web : un peu d’Internet quand même, mais aussi du travail en local. Il n’y a qu’en vacances que j’arrive à réduire mon utilisation de l’ordinateur, et encore, mes cartes géographiques sont dans mon ordinateur de poche, voire je prends des photos avec un ordinateur spécialisé dans la prise de vue numérique. Bref, je n’en sort pas.

    Sur le framablog, il y a eu récemment un article intéressant qui suggérait que ces « médias » sont aujourd’hui le prolongement de nous-mêmes, ce qui explique notre difficulté de nous en passer… ( http://framablog.org/2016/03/22/le-numerique-nous-change/ ).

    Ce serait intéressant de discuter avec ce prof pour voir comment les définitions du et des médias changent. Ce qui me fait penser que la statistique, qui est passablement utilisée en sociologie, avant de compter, devrait plus souvent définir ce qu’elle compte, afin de compter du réel, parfois, aussi. Voir : https://www.zotero.org/igor.m/items/itemKey/SWKNGU62/ (disponible à l’Infothèque, mais aussi sur le Web…).

    Merci pour ton billet ! Et bien joué pour la photo !

    J'aime

  2. Ping : Foller.me on Twitter ? | ébauche d'ID

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s