Simon vs. The Homosapiens Agenda

Simon vs. The Homosapiens AgendaSimon vs. The Homo Sapiens Agenda fait partie de ces livres qui, au premier abord, semblent n’être qu’une histoire de plus racontant la vie d’un adolescent de 17 ans aux Etats-Unis. Pourtant il aborde un sujet important et nettement sous-représenté (de mon point de vue) dans la littérature pour adolescents et jeunes adultes, à savoir la recherche de l’identité sexuelle et le coming-out.

Simon est un jeune homme de 17 ans qui se rend au lycée, a un groupe d’amis et participe à la pièce de théâtre de son école. Garçon d’apparence plutôt ordinaire, il porte pourtant en lui un lourd secret dont personne ne soupçonne l’existence, si ce n’est Blue, un jeune homme avec lequel Simon échange des emails en utilisant un pseudonyme. Cela fonctionne bien, jusqu’au jour où Simon se fait surprendre par un camarade de classe (Martin) alors qu’il est en train de consulter sa boîte mail secrète. Le secret qu’il partage avec Blue est alors révélé au lecteur : Simon est homosexuel et ne l’assume pas encore. Commence alors une période compliquée pour Simon puisque Martin lui fait du chantage, menaçant de révéler son secret si Simon ne l’aide pas à se rapprocher d’Abby, une de ses amies. Le récit est entrecoupé de chapitres où l’on peut lire les échanges de mails de Simon et Blue, ce qui permet d’en apprendre davantage sur ce mystérieux correspondant dont on ne sait presque rien, si ce n’est qu’il est lui aussi gay et dans le placard.

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce livre dans sa version originale. Il se dévore et a le mérite d’aborder un sujet souvent oublié ou à peine effleuré par les auteurs de livre jeunesse : l’homosexualité. S’il y a un personnage homosexuel dans un roman, c’est souvent « l’ami dévoué », « le copain artiste ou poète un peu décalé » qui ne fait que de brèves apparitions et ce, toujours à grands renforts de stéréotypes… Cette fois-ci, Becky Albertalli nous offre un personnage principal qui n’a rien de tout cela, se dégageant complétement des idées reçues tout en faisant ressortir de manière forte les difficultés de vivre avec un secret comme celui de cacher sa véritable identité sexuelle et donc une partie de soi-même. A travers les pensées de Simon et ses échanges de mails avec Blue, on note également une critique faite à l’hétéronormativité, à la nécessité jugée absurde par les personnages de devoir faire leur coming-out alors qu’aucun de leurs amis hétéros n’auront à vivre ce moment parfois pénible, souvent stressant, dans leur vie. Enfin, on dénote une touche d’espoir et de douceur, en parcourant ces pages et en suivant les parcours de Simon et de Blue.

Je recommande donc vivement ce livre à toute personne un peu curieuse, à tout adolescent qui cherche sa place ou qui s’interroge. A noter aussi qu’un film intitulé « Love, Simon» est sorti en 2018 et raconte cette même histoire.

Références

ALBERTALLI, Becky, 2018. Simon vs. The Homo Sapiens Agenda. New York : Harper Collins, 2018. 978-0-06-279216-7

Une réflexion sur “Simon vs. The Homosapiens Agenda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s