Love, Victor

love_victorC’est la rentrée et qui dit rentrée dit aussi changements et nouveaux départs. Il y a toujours ce parfum de renouveau dans l’air au début du mois de septembre et pour le coup, ce blog n’y fait pas exception J Alors pour célébrer (ou se consoler de) la rentrée, je vous propose de découvrir une nouvelle catégorie de billets : Behind the screen. Dans cette catégorie, vous trouverez des billets portant sur les films et séries que j’ai regardé dernièrement et qui m’ont, ou non, plu. Sans plus attendre, voici le premier billet !

On commence cette nouvelle page du blog avec une série que j’ai découverte l’année dernière et qui m’a fait beaucoup de bien. Il s’agit de Love, Victor. Cette série est un spin-off du film (et du livre) Love, Simon, c’est-à-dire qu’il reprend le même univers et une partie de ses personnages. Ce sont plutôt des clins d’œil en l’occurrence mais les fans de Love, Simon apprécieront !

La série raconte l’histoire de Victor, un adolescent de 17 ans qui débarque à Atlanta quelques années après le départ de Simon, Leah et toute la bande. En apparence, Victor est un garçon comme les autres qui souhaite simplement se faire une place dans sa nouvelle école. Mais, il fallait s’y attendre, il partage le même secret que Simon. Désemparé par la facilité avec laquelle Simon a semblé faire son coming out et vivre sa vie out and proud, Victor finit par le contacter. Démarre alors un échange instragramo-épistolaire entre les deux, dans lequel Victor raconte ses difficultés, ses doutes et ses victoires, recevant en échange conseils et soutien de la part de Simon.

Les thèmes abordés dans cette série sont assez classiques dans le monde des histoires young adults, donc pas beaucoup de surprises de ce point de vue là. Cette série parle évidemment de quête de soi, de coming-out, de premier amour et pour le coup, d’homosexualité (en même temps ça ne devrait pas vraiment vous surprendre si j’en parle ici). Il y a cependant deux thèmes qui sortent du lot et que j’avais envie d’aborder ici.

Le premier est une critique du personnage de Simon, faite par Victor. Dans le premier épisode, il dit à Simon par message qu’il est lui aussi gay mais que sa vie à lui n’est pas aussi facile. Dans son message, Victor explique à Simon à quel point ils sont différents tous les deux. Simon est blanc, vit dans un quartier aisé, a des parents bien établis, qui lui offrent une voiture pour ses 17 ans et à aucun moment il n’est question dans le film ou dans le livre, de Simon devant se trouver un job d’été pour se faire des sous. Son coming out à sa famille se fait facilement, ses parents l’acceptent tout de suite, sans poser de questions. Bref, c’est une histoire en somme très lisse. Trop lisse certainement pour un certain nombre de jeunes qui ne répondent pas à ces critères-là, comme c’est le cas pour Victor. Victor est d’origine hispanique, il a grandi au Texas, un état pas particulièrement réputé pour être tolérant et ouvert d’esprit, ses parents sont catholiques et très croyants, son père est du style macho… Bref, tout ce qu’il faut pour rendre un coming out compliqué.

Je trouve intéressant que l’histoire de Simon, qui a tant été appréciée par le public, puisse être critiquée de cette manière. Cela donne de la perspective et rappel qu’il n’y a pas qu’un seul type d’individu sur terre. Bien sûr, c’est agréable d’avoir une histoire de coming out qui se passe bien, mais en étant réaliste, on comprend aussi que ce n’est de loin pas de cette façon que cela se passe majoritairement. Un bon point donc pour Love, Victor qui remet les pendules à l’heure !

La deuxième thématique que j’avais envie de souligner est la différence entre les classes sociales. Dès le premier épisode, c’est un sujet. Victor reçoit sa fiche d’inscription pour l’équipe de basketball et il doit avancer la somme de 500 dollars pour payer son équipement, les déplacements pour les matchs en extérieur, etc. et on voit sur son visage que ça ne va pas être simple. Très vite, ses camarades réalisent que sa famille ne roule pas sur l’or (contrairement à la majorité des gens de son école) et il se fait un peu chahuter pour ça… Il se cherche ensuite un travail pour pouvoir payer son équipement de basketball et les choses rentrent plus ou moins dans l’ordre. Mais Victor n’est pas le seul à rencontrer des difficultés financière. Il y a aussi Félix, son nouveau meilleur ami et voisin, qui doit se débrouiller pour payer le loyer et les factures car sa mère a des problèmes de santé. Et à nouveau, c’est compliqué d’en parler, même à ses amis ou à sa copine. Voilà un autre sujet qui est, il me semble, relativement peu abordé dans les séries et les livres pour jeunes adultes et qui est mis en lumière ici assez naturellement. On relèvera cependant qu’encore une fois, il n’y a pas vraiment d’entre deux entre les familles qui ont de l’argent (et pour le coup qui en ont vraiment beaucoup) et celle qui sont moins aisées et qui doivent se débrouiller comme elles peuvent.

Enfin, si vous chercher une série sympa à regarder et qui ne vous prendra pas (trop) la tête, je vous conseille donc Love, Victor. Actuellement, deux saisons sont disponibles en VF ou en VO sur Disney+ ! Bon visionnage et à bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s